Red and Black Quotes Instagram Post-3.png

TÉMOIGNAGE CLIENT

Screenshot 2021-11-26 at 11.36.01.png

Jean Christian Borel
Directeur Recherche et Développement pour AGIR à dom.

"Nous avons particulièrement apprécié l'expertise de CyberSecura, cette capacité de vulgarisation, la disponibilité, mais également la proximité humaine. David Rozier a assez vite compris notre besoin, et la relation a été très simple dès le départ."

1- Pourriez-vous vous présenter brièvement : votre entreprise, votre poste, vos responsabilités ?

 

"​Je suis Jean Christian Borel, Directeur Recherche et Développement au sein du groupe AGIR à dom. AGIR à dom. est un groupe associatif dont la mission principale est d'être un prestataire médico-technique, c'est-à-dire que nous fournissons des dispositifs médicaux, de l'accompagnement à l'utilisation de ces dispositifs et de la coordination avec les équipes médicales. Nous suivons entre 35 000 et 40 000 patients sur la moitié Sud de la France. Ma fonction est donc celle de Directeur Recherche et Développement, avec deux axes de travail principaux. Un premier axe sur notre propre Recherche et Développement, c'est-à-dire tout ce qui concerne l'évolution de nos prestations à domicile, donc l'optimisation de la prise en charge de nos patients à domicile. Le deuxième axe est la société ICADOM (pour Investigation Clinique à Domicile) qui est une société qui appartient au groupe AGIR à dom., et qui a pour objectif de mettre en oeuvre des projets de recherches cliniques pour le compte de tiers industriels ou académique ;  c'est une CRO (Clinical Research Organisation) qui a la particularité d'avoir une autorisation de lieu de recherche à domicile délivrée par l'Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes. Certains industriels par exemple font appel à nous pour faire des études cliniques sur leurs dispositifs médicaux."

2- Pour quel type de besoin avez-vous fait appel à CyberSecura ? Quel a été le déclencheur ?

"Nous avons fait appel à CyberSecura dans le cadre de l'un de nos projets. Comme je l'ai dit précédemment, nous suivons entre 35 000 et 40 000 patients à domicile, patients qui ont tous des dispositifs médicaux. Et la plupart de ces dispositifs transmettent des données quotidiennes, sur l'utilisation de ces dispositifs et sur l'efficacité des traitements. Tout cela créé une base de données absolument considérable. Ces données sont utilisées pour le suivi de nos patients mais sont peu ou pas structurées pour pouvoir être utilisées dans un cadre de recherche. Ce que nous voulions faire, et c'est pourquoi  nous avons fait appel à CyberSecura, c'était créer un entrepôt de données de santé. Parce qu'aujourd'hui les prestataires médico-techniques ne se structurent pas pour devenir des EDS (Entrepôt de Données de Santé), et notre objectif à nous est d'essayer de le devenir. Nous avons donc fait appel à CyberSecura pour réaliser un état des lieux, afin de voir quels sont les éléments à mettre en place pour pouvoir devenir un EDS. CyberSecura a donc réalisé un état des lieux de la structuration actuelle de nos données et de ce qu'il fallait faire pour structurer cet entrepôt."

3- Pour quelles raisons avez-vous fait le choix de confier ces missions à CyberSecura plutôt qu’à quelqu’un d’autre ?

“Nous avons fait appel à CyberSecura car l'entreprise nous avait été recommandée, c'était par du bouche à oreille. Notre ancienne DPO connaissait CyberSecura et David Rozier, et CyberSecura avait les compétences pour nous accompagner sur ce projet.”

4- Aviez-vous des craintes avant la mise en place du projet ?

“Sur le choix du prestataire non zéro crainte, puisque c'était la personne de David Rozier qui nous avait été recommandée. Par contre nous avions une crainte, sur le fait qu'il s'agissait d'un premier audit. Nous savions que nous avions pour but d'aller vers cet EDS, mais nous sentions bien que de notre côté, l'objectif n'était encore pas complètement établi. La crainte a été plutôt de notre côté, sur le fait qu'on avait cet objectif final en tête, mais nous sentions bien que nous n'étions pas suffisamment structurés pour le conduire.

5- Quels sont les défis à relever aujourd’hui dans votre activité ?

“Je reprendrais ce que je vous disais précédemment : nous suivons des dizaines de milliers de patients, donc chaque dispositif est de plus en plus communicant, et évidemment tout cela modifie beaucoup les pratiques. Nos enjeux sont tout d'abord de réussir à traiter ces données là. Nous récoltons des millions de données de manière hebdomadaire, et nos organisations aujourd'hui n'ont pas les outils aboutis pour gérer ces données massives. Nos enjeux sont donc d'avoir et de créer les outils digitaux adaptés. Nous récoltons des données quotidiennement, ce qui transforme complètement la façon que nous avons de suivre les patients, et nos organisations ne sont pas encore adaptées à ça. Nous n'en sommes qu'au début de cette adaptation là. Et je pense que c'est là notre deuxième enjeu. L'adaptation à ce changement forcé des pratique, parce que les dispositifs médicaux nous donnent de plus en plus d'informations, informations que nous ne savons pas encore traiter de manière pertinente.

6- Comment décririez-vous le travail de CyberSecura en quelques mots seulement ?

"​De ce que j'en sais, à travers cette mission là justement, c'est qu'il y a une forte compétence dans le contrôle de la protection des données pour les patients, aussi bien que le plan IT, technologique, que réglementaire. Nous étions plus, pour ce projet, intéressés par le côté réglementaire, mais nous avons bien senti cette compétence. Je mentionnerais aussi une grande disponibilité, et une capacité à vulgariser les axes de travail. Moi qui ne suis pas du tout du domaine par exemple, j'ai besoin que les points techniques me soient vulgarisés pour pouvoir les comprendre, et avec CyberSecura je les avaient compris. J'ai perçu cette grande compétence, bien que je ne soit pas vraiment capable de la juger n'étant pas moi même du domaine."

7- Quels sont les résultats de cette collaboration ?

"​Pour l'instant, nous n'avons pas créé cet EDS, je ne peux donc pas vous exposer de résultats concrets. Mais comme expliqué dans une question précédente, cette limite venait de chez nous."

8- Quels éléments avez-vous le plus apprécié dans la solution apportée par CyberSecura ?

 

"Je dirais l'expertise de CyberSecura, cette capacité de vulgarisation, la disponibilité, mais également la proximité humaine. David Rozier a assez vite compris notre besoin, et la relation a été très simple dès le départ."

9- Quel(s) conseil(s) donneriez vous aux entreprises confrontées au même problème / ayant le même projet que vous ? 

"​Je donnerais le conseil de ne pas chercher à internaliser des choses pour lesquelles on a des compétences modérées. Et justement, je leur conseillerais de travailler avec des sociétés expertes comme la vôtre. Certes, cela coûte plus cher, mais on abouti le projet. Quand on fait les choses en interne, cela coûte moins cher c'est vrai, mais on sent bien par la suite qu'on manque de compétences. Alors d'un côté cela permet à l'entreprise d'apprendre et de grandir, mais à la fois on y passe beaucoup de temps et d'énergie en réalité, donc les devis qui nous paraissaient au début hors de prix, ne nous paraissent finalement plus si cher que ça. Je conseillerais donc : quand on ne sait pas trop faire un travail, quand on a pas l'expertise, se faire accompagner par des personnes qui savent faire, pour que les choses aboutissent."

10- Conseilleriez-vous CyberSecura autour de vous ? Pour quelle(s) raison(s) ?

 

"Oui je conseillerais CyberSecura autour de moi sans problème. Tout d'abord pour cette proximité humaine, et pour leur expertise et leurs compétences sur ces notions de RGPD et de protection des données personnelles."

Toute l'équipe de CyberSecura remercie Jean-Christian Borel pour son témoignage !

Découvrez le site internet de AGIR à dom. !

retour2.png

DÉCOUVREZ LA VERSION VIDÉO !

This is the French version. You can access the English version at the bottom of the page.